Question écrite sur les conditions de rémunération des maîtres auxiliaires ou contractuels

M. Jean-Bernard Sempastous attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur les conditions de rémunération des maîtres auxiliaires ou contractuels dans l’enseignement public ou privé. Il se trouve que tous les maîtres auxiliaires sous contrat avec l’État qui ont travaillé depuis le 4 septembre 2017 – jour de la rentrée – voire même avant – pour la prérentrée – ne sont pas rémunérés à la fin du mois travaillé.

En effet, dans l’académie de Toulouse, ceux-ci doivent attendre les « réguls » qui interviennent entre les mois d’octobre et de décembre de chaque année. Alors que les maîtres auxiliaires et contractuels fournissent le même travail que leurs collègues titulaires, ils sont systématiquement confrontés à des difficultés financières en ces débuts d’années scolaires.

Il lui demande donc quelles mesures sont envisagées par son ministère et les rectorats pour mettre fin à ces conditions de rémunération particulièrement précaires.