[Presse] Guizerix : la grêle, un réel séisme économique

« Imaginez les conséquences si, soudain, Tarbes voyait Alstom disparaître. À l’échelle, c’est ce qui vient de se produire, ici, à Guizerix, après deux orages de grêle (NDLR : notre édition du vendredi 25 juin) ». C’est ainsi que le maire, Jean-Michel Le Bihan, s’est adressé au député, Jean-Bernard Sempastous, et au président de la chambre d’agriculture, Pierre Martin, venus constater les dégâts, acompagnés du conseiller départemental, Bernard Verdier. Il poursuit : « J’évalue les dommages à environ 800 000 €. C’est toute l’économie de la commune qui est anéantie ou presque. De plus, à terme, comme ce sont essentiellement des cultures de maïs semence qui sont détruites, j’ignore si les donneurs d’ordre, de puissantes sociétés, reconduiront les contrats pour l’avenir ». Jean-Bernard Sempastous et Pierre Martin ont assuré le maire qu’ils veilleraient de près à la mise en place rapide de tous les canaux et moyens d’aide. Alerté, le préfet est très sensible à la situation, il agira dans les domaines de son ressort. Avec le conseil départemental, le député, la préfecture et la chambre d’agriculture, Guizerix n’est pas seule. Puissent tous ces soutiens générer des effets concrets. C’est, bien sûr, le vœu très cher de Jean-Michel Le Bihan qui, et de loin, n’est pas le dernier à se démener pour aider ses administrés.

Roland Vieuxtemps