L’État annonce un grand plan de soutien pour la culture

Le Président de la République a présenté mercredi dernier les grandes orientations de son plan pour la culture afin de soutenir le secteur très impacté par la crise. En amont des annonces, Emmanuel Macron a longuement échangé sur les propositions avec treize artistes représentant différents domaines.

Parmi les mesures annoncées, le Président a notamment pris en compte les difficultés et les demandes des intermittents en instaurant une année blanche. L’État s’engage ainsi sur un dispositif unique permettant, si besoin, de prolonger les droits des intermittents du spectacle d’une année, au-delà des six mois où leur activité aura été impossible ou très dégradée, c’est-à-dire jusqu’à fin aout 2021.
En effet ce régime particulier qui concerne 100 000 artistes et techniciens indemnisés chaque année, permet habituellement d’obtenir l’assurance chômage à la condition de 507 heures travaillées par an.

D’autres garanties sont également mises en place pour permettre aux intermittents et professionnels de travailler.
Le Président de la République veut notamment lancer un grand programme de commandes publiques auprès de divers métiers du secteur culturel (métiers d’art, spectacles vivants, littérature et arts plastiques), en particulier en faveur des créateurs de moins de 30 ans, et qui profitera à tous les publics, notamment ceux qui ont le moins accès à la culture.

La ministre de la culture a également déclaré vouloir renforcer l’éducation artistique et culturelle à l’école. Une plateforme sera ainsi disponible pour mettre en contact intermittents et établissements scolaires et promouvoir la culture auprès des élèves.

Par ailleurs, les artistes-auteurs pourront bénéficier d’un meilleur accès au fonds de solidarité et d’une exonération de cotisations pendant quatre mois.
D’autres aides sont également annoncées pour le secteur : le Centre national de la musique va être re doté à hauteur de 50 millions d’euros, un fonds festival va être créé en lien avec les collectivités, un fonds d’indemnisation pour les séries et tournages de cinéma sera mis en place avec l’État, les assureurs, les banques, le secteur culturel.

Avant fin 2020, est prévue la transposition de la directive services de médias audiovisuels qui a pour but d’instaurer une contribution des plateformes (Netflix, Amazon Prime ou Disney) pour le financement de la création cinématographique et audiovisuelle.

Les lieux de création rouvriront à partir du 11 mai et s’adapteront strictement aux contraintes de l’épidémie pour éviter que le virus ne circule à nouveau.  Les librairies, disquaires, bibliothèques et médiathèques, galeries d’arts et certains musées pourront rouvrir en évitant les brassages. Les répétitions seront autorisées dans les théâtres mais pas les représentations.

La priorité est aujourd’hui aux mesures urgentes pour sauver le secteur culturel et accompagner les professionnels, un point d’étape sera effectué dans deux mois. La fin du mois d’août sera le moment d’évoquer une refondation en profondeur des arts et de la culture

Le ministre de l’économie a assuré son soutien déterminé aux librairies et annoncé une réflexion approfondie pour éviter les faillites en travaillant notamment à l’étendue de la maturité des prêts ou la négociation avec des éditeurs pour augmenter les marges des libraires.