Les jardins de Cantaous et Le fil d’Ariane se mobilisent pendant la crise

Alors que l’épidémie de la Covid19 se déclare, Sabrina Hansen, la directrice des Jardins de Cantaous et du Fil d’Ariane, deux lieux d’insertion par le maraichage biologique, la couture et la broderie, réfléchit à réorganiser les ateliers, d’abord pour mettre en route une chaîne de production de masques. A cette occasion, toutes les salariées se sont portées volontaires spontanément et une chaîne de solidarité s’est mise en place dans le département.
L’atelier de couture a dans un premier temps géré des urgences en distribuant gratuitement quelques 600 masques aux gendarmes, commerçants, infirmiers libéraux mais aussi en direction de la congrégation des sœurs de Cantaous ou encore de la maison de retraite de Tibiran-Jaunac.  Parallèlement, le suivi socioprofessionnel des employés n’a pas été oublié « deux salariées ont obtenu le code du permis de conduire pendant cette période, des pistes professionnelles se sont révélées, du lien social s’est tissé » nous confie la directrice.
Et l’activité du jardin aussi s’est réorganisée en proposant des paniers de légumes en drive. Une activité maintenue en respectant les gestes barrières avec le concours de la médecine du travail.

A l’annonce d’un nouveau confinement, les salariés ont choisi, à l’unanimité, de poursuivre leur travail. Les deux structures préparent ainsi les semaines à venir : l’atelier couture proposera de confectionner les sur-blouses pour le personnel de santé et préparera les commandes de Noël, tandis que l’atelier Jardin proposera des paniers en drive.

Un bel exemple d’adaptation pour ces deux ateliers qui permettent chaque année, environ 60% de sorties positives pour les personnes accompagnées : emplois, entrées en formation, auto-entreprise…