Déclaration du Gouvernement : six propositions pour refonder notre politique migratoire

Lundi 7 octobre s’est tenu, dans l’hémicycle, un débat très attendu sur l’immigration. L’occasion pour les forces politiques de s’exprimer sur le sujet et pour Edouard Philippe d’annoncer les prochains chantiers de la majorité pour refonder notre politique migratoire. 
« Regarder le sujet en face » telle est l’ambition que s’est donné le Gouvernement dans le travail qu’il entame sur le sujet de l’immigration en France et en Europe. L’exécutif entend revenir sur les lacunes de notre système et y répondre concrètement et efficacement. Le premier ministre a ainsi proposé, hier, six orientations pour notre stratégie en matière d’immigration.
La première concerne le renouvellement de l’Aide publique au développement (APD) pour l’attribuer, d’une part, aux régions du monde qui en ont le plus besoin mais aussi pour servir notre politique migratoire. En ce sens, cette aide pourrait mieux traiter les causes profondes des migrations en apportant un réel soutien à des projets économiques et sociaux mais aussi à certains Etats.

« Il est logique que les ressources que nous consacrons à cette aide, servent notre politique migratoire : non seulement en traitant dans la durée, par un appui à des projets économiques ou sociaux, les causes profondes des migrations, mais aussi, plus directement, en soutenant les projets visant à développer les capacités de certains États à maîtriser leurs frontières, à combattre les réseaux de passeurs, ou encore à moderniser leur état-civil. Et disons les choses clairement : il est logique également que nous attendions des États que nous soutenons grâce à l’APD, un haut degré de coopération dans la maîtrise de l’immigration clandestine. »

Edouard Philippe, Assemblée nationale, 7 octobre 2019

Edouard Philippe a également rappelé l’importance de réfléchir au niveau européen pour modifier ce qui ne fonctionne pas. Pour cela, la France pourrait impulser trois chantiers : refonder l’espace Schengen pour renforcer la solidarité et mieux contrôler l’intérieur de l’Europe; rapprocher nos systèmes d’asile très disparates; assurer une plus grande convergence européenne des conditions d’accueil des demandeurs d’asile et des migrants. 
Parallèlement, une attention sera particulièrement portée à la réalisation de la loi du 10 septembre 2018, notamment en matière de réduction des délais d’examen des demandes d’asile.
Intégrer les personnes accueillies sera également l’un des piliers de cette stratégie, en permettant une réelle intégration par le travail.
Le premier ministre a enfin souligné l’importance, pour l’avenir de la France, de continuer à attirer des talents étrangers. 

Ce vaste programme associe également les parlementaires via un groupe d’animation politique dédié. Il rassemble plus de 70 membres de la majorité souhaitant s’investir sur la thématique, mener des concertations avec les acteurs de terrain et dégager des propositions pour aiguiller le Gouvernement dans ses futures orientations.

En charge de sa co-animation avec Raphaël Gauvain, député de Saône-et-Loire, nous serons les interlocuteurs principaux entre les élus et le Gouvernement pour mener ce travail important et indispensable et prouver que l’immigration a toute sa place au sein d’une concertation apaisée et constructive, loin des polémiques et des extrêmes.