Coronavirus : ce qu’il faut savoir sur les dernières mesures

« Nous faisons le choix de la vie et de la solidarité car c’est le seul qui s’impose » tels sont les derniers mots de la déclaration du Premier ministre à la représentation nationale pour évoquer les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus. 

Alors que l’on dénombre entre 200 et 500 décès par jour de la Covid-19, le Gouvernement a fait le choix  difficile d’un reconfinement, pour protéger les français, protéger nos soignants, soutenir les plus vulnérables tout en créant un dispositif inédit pour préserver notre économie.

Parmi les mesures mises en place :

Les déplacements ne sont pas autorisés sauf dans certains cas comme pour se rendre au travail, à l’université;  les soins et l’achat de médicaments; les achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle, les achats de première nécessité; les déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables et précaires ou la garde d’enfants; les déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant ; les déplacements brefs d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre; les convocations judiciaires ou administratives et rendez-vous dans un service public ou encore la participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.
Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans.
Les visites en EHPAD et en maison de retraite sont autoriséespendant le confinement dans le strict respect des mesures barrières.
Le télétravail est obligatoire à 100 % partout où il est possible.
Les commerces et établissements recevant du public (ERP) non essentiels sont fermés et pourront bénéficier d’aides jusqu’à 10 000 euros. Retrouver la liste des établissements ouverts

Les lieux de cultes sont ouverts mais les cérémonies religieuses ne sont pas autorisées. Les enterrements sont autorisés dans la limite de 30 personnes, et les mariages, de 6 personnes. Une tolérance est accordée pour les déplacements dans les cimetières.

Le Gouvernement a parallèlement élargi les dispositifs de soutien économique

Une indemnisation allant jusqu’à 10 000 euros via le fonds de solidarité pour les entreprises fermées administrativement, qui ne peuvent accueillir du public, mais aussi pour celles des secteurs, du tourisme, de la culture, du sport, qui subissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50%

Des exonérations totales de cotisations salariales pour ces mêmes entreprises et des prélèvements automatiquement suspendus pour les travailleurs indépendants.

Des mécanismes de prêt reconduits :

Des prêts garantis de l’Etat qui pourront désormais être contractés jusqu’au 30 juin 2021 avec la possibilité d’étaler les amortissements mais aussi de différer les remboursements, sans que cela ne soit considéré comme un défaut de paiement ;

Des prêts directs de l’Etat pour les entreprises qui ne trouvent pas de solution de financement, qui pourront aller selon la taille de l’entreprise jusqu’entre 10 000€ et 3 mois de chiffre d’affaires.

Dispositif de chômage partiel renouvelé

Dispositif pour inciter les bailleurs à renoncer aux loyers pour les entreprises : crédit d’impôt de 30% dans le PLF pour inciter les bailleurs à annuler une partie de leurs loyers.

Un numéro vert à destination des entreprises (0 806 000 245) afin de les aider à se saisir des aides dont elles peuvent bénéficier.

Une exigence de justice entre commerce spécialisé et hypermarchés : les grandes surfaces ne peuvent vendre que les produits de première nécessité

Une charte d’engagements signée avec les principaux acteurs de la grande distribution afin de mettre en avant les produits frais et les produits locaux.

Un soutien à la numérisation des commerçants : 100 millions d’euros dégagés à cette fin dans le plan de relance.

Un soutien au développement du click and collect pour commander à distance et récupérer chez son commerçant – (le chiffre d’affaire réalisé par ce biais ne sera pas comptabilisé pour le calcul des aides du fonds de solidarité.)

Les députés continuent à œuvrer quotidiennement pour relayer les inquiétudes du terrain aux différents ministres concernés. J’ai adressé, avec plusieurs de mes collègues, un courrier au Premier ministre pour soutenir les commerçants et les indépendants contraints de stopper leur activité alors même que les grandes et moyennes surfaces poursuivent la vente d’objets qui ne sont pas de première nécessité. J’ai également alerté le secrétaire d’Etat chargé du tourisme sur la situation des stations de Montagne et je m’investis pour soutenir nos établissements thermaux, nos hôpitaux, nos collectivités.

Retrouvez tous les chiffres sur la situation en Occitanie