Audition du ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert, par la commission des affaires économiques

J’ai interpellé le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert, sur le sujet des « aides au maintien » versées aux agriculteurs biologiques :

« Il y a quelques jours, vous avez annoncé que l’Etat cesserait, à partir de 2018, de verser des « aides au maintien » aux agriculteurs biologiques pour se recentrer sur les « aides à la conversion ».

Les aides au maintien, qui sont versées après les 3 premières années d’activité, sont destinées à stabiliser et pérenniser une jeune exploitation bio.

Vous estimez qu’il revient au marché de soutenir le maintien de l’agriculture biologique compte tenu de l’importance de la demande en bio.

Vous proposez par conséquent la mise en place de nouveaux mécanismes abondés par des fonds privés pour pallier la fin de l’attribution systématique de l’aide au maintien.

Dans les territoires ruraux et de montagne, comme celui des Hautes-Pyrénées, de nombreux petits exploitants agricoles sont certifiés en bio. La crainte est celle d’un désengagement des pouvoirs publics qui sont pourtant les seuls à pouvoir garantir une rémunération équitable entre les exploitants, et ainsi éviter les éventuels effets d’aubaine qui pourraient bénéficier aux plus grosses exploitations.

Ma question est donc la suivante : quelles garanties seront apportées par les nouveaux mécanismes aux exploitants déjà certifiés en bio les plus fragiles ? »