Audition de François Brottes, président de RTE, par la commission des affaires économiques

J’ai souhaité interroger M. Brottes sur l’énergie hydraulique qui a représenté l’an dernier 12 % de la production d’électricité en France ; soit la première source d’énergie renouvelable :

« En tant que garant de la sécurité d’approvisionnement en électricité sur le territoire, vous savez combien la production hydroélectrique joue un rôle efficace dans l’équilibrage du réseau électrique national et européen. Grâce aux STEP et réservoirs de montagne, l’hydro est particulièrement adaptée à une demande croissante de flexibilité face à l’augmentation de la part d’énergie intermittente dans le mix électrique.

Dans votre synthèse sur le passage de l’hiver, vous constatez d’ailleurs que la faible disponibilité thermique de l’hiver dernier a conduit à une forte utilisation de l’hydraulique pour passer la pointe. L’hydroélectricité est donc bien un outil stratégique de transition énergétique !

Pourtant, la question du renouvellement des concessions hydroélectriques continue de susciter des inquiétudes chez les entreprises et l’ensemble des acteurs locaux concernés, ce qui empêche souvent d’entreprendre les investissements nécessaires. Les négociations entre la France et Bruxelles semblent toujours être au point mort.

Quelle est la place de RTE dans les discussions en cours ? Anticipez-vous les conséquences du processus de renouvellement des concessions pour le réseau de transport ?Plus largement, pouvez-vous nous éclairer sur la stratégie et les priorités de RTE sur les territoires de montagne ? »