Jean-Bernard Sempastous a interrogé hier la Ministre Delphine Geny-Stephann sur la politique industrielle du Gouvernement

Paris, le 5 avril 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le député des Hautes-Pyrénées, Jean-Bernard Sempastous, a interrogé hier la Ministre Delphine Geny-Stephann sur la politique industrielle du Gouvernement

***

A l’occasion de la semaine de contrôle du Gouvernement à l’Assemblée nationale, le député Jean-Bernard Sempastous a interrogé hier – tard dans la nuit – Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès de Bruno Le Maire, sur la problématique de l’accès à l’innovation pour les entreprises les plus éloignées des métropoles.

 

Pour faire suite à l’atelier organisé à Tarbes le 12 mars dernier, sur l’état du secteur industriel dans les Hautes-Pyrénées en présence du paysage industriel local, Jean-Bernard Sempastous a souhaité faire remonter au Gouvernement les difficultés rencontrées par nos entreprises.

Cette réflexion s’inscrit dans un contexte compliqué, marqué par la désindustrialisation de notre pays. En effet, certaines des entreprises du territoire comme Vallourec et Imerys rencontrent actuellement des difficultés et l’entreprise Alstom évolue dans un climat d’incertitudes, source de préoccupations pour les salariés. Selon l’INSEE, l’industrie française a perdu 530 000 postes entre 2006 et 2015. Et le paysage est similaire dans les Hautes-Pyrénées où 7000 emplois ont disparu en 30 ans.

« Pour autant, je crois que nous avons des raisons de rester optimistes. De nombreux territoires français sont marqués par une culture industrielle forte et regorgent de forces notamment humaines, prêtes à construire l’industrie de demain » lance le député des Hautes-Pyrénées.

Pour cela, certains blocages doivent néanmoins être dépassés, notamment en matière d’innovation. En effet, Jean-Bernard Sempastous a pu constater sur le territoire haut-pyrénéen, une réelle demande d’accompagnement et de soutien de la part de l’Etat, sur trois volets :

1) dans les démarches relatives à la propriété intellectuelle ;
2) dans l’accès aux aides à la R&D, face à la lourdeur et aux coûts des démarches administratives ;
3) dans le conseil à la diversification des activités.

Le 17 février dernier, Bruno le Maire a annoncé aux côtés du Premier Ministre, plusieurs mesures qui devraient figurer dans le futur projet de loi PACTE. Parmi elles, celle de faciliter l’innovation grâce au fonds pour l’innovation et l’industrie. Il a donc interrogé la Ministre sur cette mesure en demandant des précisions sur l’efficacité de son déploiement dans les territoires les plus reculés.

Delphine Gény-Stephann a apporté plusieurs éléments de réponse sur les outils disponibles en régions : les opérateurs publics que sont l’INPI et la BPI sont en charge de la politique de l’innovation sur les territoires et disposent pour cela d’un maillage territorial au plus près de nos PME et des écosystèmes en région. Ils proposent un accompagnement personnalisé et dans la durée. En outre, dans le cadre des investissements d’avenir, une enveloppe régionalisée a été prévue pour soutenir les entreprises et filières innovantes. Enfin, le fonds pour l’innovation et l’industrie s’appuiera sur BPI France pour favoriser les innovations de rupture.

S’agissant des difficultés dans l’accès aux aides à l’innovation, « nous veillerons à ce que des dispositifs importants tels que le crédit d’impôt recherche et le crédit d’impôt l’innovation soient rendus plus simples et plus accessibles pour les PME » conclut la Ministre.

Le député des Hautes-Pyrénées restera mobilisé sur ce sujet lors du l’examen à venir du projet de loi « PACTE ».

 

> Le lien vers la vidéo de l’intervention est à retrouver ici